Dimanche dernier j’ai bien compris ce que c’était que d’avoir des enfants.

Samedi soir, ma femme et moi avons fait la fête, et pas qu’un peu, nous sommes rentrés à 7h du mat’.
Profitant d’une de ces rares soirées où les enfants sont priés de ne pas venir, nous les avions laissés chez des amis.

7h du mat’ donc, ma femme est allé les récupérer vers les 9h30. Les amis n’étant pas assez sympas pour les garder plus longtemps 😉
2h30 de sommeil avec 3 enfants dont 1 bébé, la journée de dimanche s’est annoncée comme un longue et douloureuse descente aux enfers. Le genre de journée où tu n’as qu’un objectif : attendre qu’il soit 21h.

Dès le levé, j’ai lu dans le regard de bébé une certaine incompréhension quand il me voyait faire 5 allers-retours pour me préparer un café, ne sachant plus où étaient rangées tasses et cuillères…

Vers les 11h, mon fils de 6 ans tournait en rond, et dans ces cas là, il bougonne. Prise d’un éclair de génie, ma femme me lance alors « tu veux pas jouer au foot avec lui ? ». Ben tiens, pas d’problème, j’hésitais avec un semi-marathon de toutes façons.
Mon fils tout heureux me demande si je suis Ronaldo ou Messi. je lui réponds que là comme ça j’ai plutôt la forme de Raymond Kopa. Il ne comprends pas, je n’insiste pas.

Taper dans le ballon m’a donné l’impression que mon cerveau flottait dans la boîte cranienne. ça ma filé un mal de crane comme jamais.
Le reste de la journée se passe (longuement), jusqu’au moment où il a fallu l’emmener à la ducasse (oui je suis du nord). Et là ça m’a achevé.

La pêche aux canards c’était long, mais long !! J’ai failli en pleurer tellement il mettait de temps à attraper ces maudits canards en plastique. Parce que monsieur les voulait tous de la même couleur. Il les attrape enfin, et choisi son lot: une trompette à te vriller les tympans, je n’avais pas la force de négocier.

S’en suit le tour de manège et par chez nous il ne sont pas radins sur la durée des tours ! Evidemment, ce qui devait arriver arriva, il attrape le pompon et se voit offrir un tour gratos. J’étais trop jouasse.

La fin de journée arrive péniblement et 21h sonnent enfin. Heureusement, le coucher s’est passé sans encombre.

Au final je ne sais pas qui a gardé qui ce dimanche. Est-ce nous qui avons gardé les enfants ou l’inverse ?
Bref, il faut savoir profiter des soirées sans enfants mais savoir aussi assurer le lendemain d’une fête. Surtout que, l’âge aidant, tu mets 3 jours à t’en remettre.

Ma semaine a donc commencé ce mardi 🙂